Aug 07 JO-Escrime: les "faux frères" Jeannet veulent cannibaliser l'épée masculine

Aug. 07, 2008, 4:16 a.m. (ET)

PEKIN (AP) Deux frères en finale de l'épée masculine à Pékin le 10 août? C'est le rêve mais aussi la crainte de Fabrice Jeannet.

"Jeannet contre Jeannet en finale, ce serait l'idéal", indique Fabrice, champion olympique par équipe à Athènes, qui vise l'or en solo pour ses derniers Jeux olympiques.

Le cadet des Jeannet, 27 ans, rêve d'une finale face à Jérôme, 30 ans. S'ils logent ensemble au village olympique, s'ils ronflent ensemble la nuit, les deux frères sont pourtant très différents.

"Même si l'on est explosifs tous les deux, notre escrime n'a pas grand chose à voir", souligne Fabrice. "Lui, il utilise une poignée cross, moi une poignée droite. Jérôme a une escrime plus classique avec une action de pointe magnifique. Je suis plus fantasque. Dans le matériel, outre la poignée, il y a aussi des différences: il utilise des chaussures 100% escrime, moi des évolutions. Dans la vie aussi nous sommes différents".

Médaillé comme remplaçant de l'équipe d'épée à Athènes, Jérôme n'a rien à perdre à Pékin. Contrairement à son frère, il n'a jamais été sacré champion du monde en individuel.

"S'il y a un gars que je crains particulièrement, c'est mon frère", explique Fabrice, qui lui non plus n'a rien à perdre à Pékin, après une qualification obtenue à l'arrachée lors de la dernière compétition qualificative. "Si l'on devait se rencontrer, il faudrait faire abstraction du fait qu'on est frères pour faire un gros match. Le risque est de ne pas entrer dans le match".

En 2005, Fabrice avait battu Jérôme en quart de finale des championnats du monde de Leipzig où il avait obtenu la médaille d'argent.

"Je viens pour faire un résultat", affirme Jérôme, titulaire et non plus remplaçant à Pékin. Champion d'Europe et médaillé de bronze aux Mondiaux, l'aîné est en train de prendre l'assurance qui caractérise depuis toujours son petit frère.

"Je ne connais pas les engagés aux Jeux, je n'ai jamais fait de vidéo, et je ne comprends pas qu'on puisse avoir un préparateur mental", assène Fabrice, dont la véritable crainte n'est pas ses adversaires mais le climat de Pékin. "Il faut prévoir un short et des claquettes, tellement il fait chaud."

La poignée droite qui donne une plus grande finesse dans la conduite de la pointe ou la poignée cross qui donne plus de force dans la tenue de l'arme? Quoi qu'il advienne en individuel, les deux frères se retrouveront unis dans la compétition par équipes où ils tireront avec Ulrich Robeiri. AP

jlc/cov/petr

Comments